Léonard de Vinci : les draperies

Le musée du Louvre, département des arts graphiques, conserve six études de draperie, peintes sur toile, qui sont généralement attribuées aux années de formation de Léonard de Vinci. Avec le musée des Beaux-arts de Rennes, qui conserve deux études similaires, et la Fondation Custodia à Paris, qui en possède une, la France conserve 9 des 16 draperies qui constituent, selon les spécialistes (Carmen Bambach, Ana Petrioli Tofani), l’un des problèmes d’attribution les plus difficiles de la Renaissance italienne.

Ces draperies ont déjà été étudiées au laboratoire en 1989, mais assez sommairement. Elles n’ont pas bénéficié des techniques d’examen et d’analyse non invasives qui ont été développées depuis (photographies en haute définition, réflectographie infrarouge, fluorescence X, diffraction X, spectrométrie infrarouge et Raman).

L’objet de l’étude est de reprendre de façon exhaustive l’examen de chaque drapé pour en explorer tous les aspects : support, préparation, matériaux de mise en œuvre, procédés d’exécution. On espère ainsi préciser leurs méthodes d’exécution et leurs caractéristiques techniques pour procéder à des regroupements attribuables à différentes mains (outre Léonard, les noms de Verrocchio, Lorenzo di Credi, Ghirlandaio, Fra Bartolommeo ont été proposés) ou à différentes périodes d’exécution.

L’étude d’une draperie-test, faite en 2013, laisse espérer d’intéressants débouchés à cette recherche.

 

 

Pilote C2RMF du projet : Bruno Mottin
Partenaires C2RMF : Myriam Eveno, Eric Laval, Jean-Louis Bellec, Laurence Clivet, Elsa Lambert, Jean Marsac, Victor Gonzalez (étude du blanc de plomb, dans le cadre de sa thèse)

Partenaires extérieurs :
1. Musée du Louvre, département des arts graphiques (Louis Frank) ; musée des Beaux-arts de Rennes ; Institut néerlandais, Paris (en projet).
2. Conseil scientifique : Vincent Delieuvin (musée du Louvre, département des Peintures), Carmen Bambach (Metropolitan Museum de New York, département des Arts graphiques).