Le blanc de plomb dans les œuvres peintes

Le programme de recherche vise à développer une nouvelle approche analytique du pigment blanc de plomb : déterminer les signatures de son élaboration à l’aide d’analyses élémentaires (IBA, XRF, SIMS) et structurales (SR/µ-DRX + Analyse Rietveld) et comprendre le mécanisme de vieillissement des couches picturales où il est impliqué. Le système [pigment + liant organique] composant les couches à base de blanc de plomb sera ainsi étudié dans sa globalité, notamment à travers les interactions physico-chimiques qui le régissent (RPE) en comparant le comportement de couches artificielles avec celui de coupes de peintures anciennes. Cette double approche vise à une meilleure compréhension des matériaux du peintre et au développement de nouveaux critères d’attribution des œuvres.

Les objectifs du programme sont :
- la caractérisation des pigments blanc de plomb : déterminer d’une part les proportions des phases cristallines et d’autre part le cortège d’éléments traces qui varient en fonction de l’origine du plomb utilisé et des procédés d’élaboration du pigment ; examiner la morphologie et la texturation des grains dont dépendent la rhéologie et le rendu artistique (brillance, transparence).

- la stabilité des pigments et les interactions avec le liant : étudier les conditions de stabilité des phases cristallines cérusite/hydrocérusite. Par ailleurs, l’implication avérée des huiles siccatives contenant des composés de plomb dans l’altération des couches picturales conduit à explorer les interactions chimiques du pigment avec la phase organique. Il faudra aussi s’assurer que les signatures chimiques définies dans la première partie restent exploitables malgré une possible évolution du mélange au cours du temps.

Ces études permettront à terme de développer un modèle de vieillissement des couches à des fins d’authentification, restauration et préservation.

Ce programme s’inscrit dans les thématiques de recherche de l’équipe Physicochimie des Matériaux Témoins de l’Histoire (PCMTH) de l’UMR 8247 de l’Institut de Recherche de Chimie ParisTech (IRCP).

Partenaires extérieurs : Projet LeadART : Université Lille 1 (Caroline Tokarski, Christian Rollando) ; Univ. Amsterdam ; UniFi ; Ecole Polytechnique de Milan (Austin Nevin), etc.

Pilote C2RMF du projet : Michel Menu
Partenaires C2RMF/IRCP : Thomas Calligaro, Elisabeth Ravaud, Gilles Bastian, Myriam Eveno, Anne-Solenn Le Hô
Équipe PCMTH : Gilles Wallez, Didier Gourier

Thèse : Victor Gonzalez (UPMC/ED388)