Pendule du musée national du château de Pau

Le musée national du Château de Pau conserve une pendule du XVIIIe siècle (inv. P 304), au décor marqueté de type Boulle (laiton, étain, écaille de tortue). Les éléments ont été découpés au moyen de la technique de la tarsia a incastro, c’est-à-dire que tous les éléments constituant la marqueterie sont superposés puis découpés simultanément à la scie.
Le constat d’état avait mis en évidence différents types d’altérations, notamment de surface, liées à l’oxydation de la marqueterie, des soulèvements, ainsi que l’absence de quatre filets et d’un ornement en laiton et d’une moulure en ébène sur le fronton.

 

Le cadran avec son mouvement a été déposé à la verticale. La restauration a ensuite été réalisée en plusieurs étapes :

  • les éléments de marqueterie décollés ou tordus ont été recollés avec la colle de poisson Artcolle® mise au point lors du programme de recherche appliquée à la restauration du mobilier Boulle, mené par le C2RMF et le musée du Louvre. Les soulèvements de marqueterie ont été refixés par infiltration sous vide. Cette technique permet une pénétration optimale de la colle sous la marqueterie.
  • L’oxydation des marqueteries métalliques a été retirée au moyen de gels de solvants, selon le protocole mis en place au C2RMF : cette méthode retire très peu de matière, environ deux microns, soit l’épaisseur moyenne des oxydations sur les meubles Boulle. Elle permet ainsi de conserver les gravures anciennes des marqueteries, auparavant éliminées par l’emploi de méthodes abrasives de nettoyage.
  • Les marqueteries ont ensuite été protégées par un vernis à base de résine terpénique, adapté du traditionnel vernis Roubo par le C2RMF. Il a été appliqué au pinceau puis retravaillé avec un tampon, puis protégé par une couche de cire microcristalline appliquée sur le bois et les marqueteries.

 

Différentes solutions ont été choisies pour répondre à l'absence de certains éléments :

  • un ornement de laiton manquant gênait la lisibilité du décor sur le tablier : nous avons opté pour une restitution en laiton, identifiée au revers afin de la distinguer des pièces d’origine.
  • La partie manquante de la moulure du fronton a été restituée, en ébène, afin de retrouver une unité esthétique.
  • Certaines lacunes et fentes ont été comblées avec un mélange de cire-résine pigmentée, composé de cire de carnauba jaune, cire de gomme-laque, résine dammar et talc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autres interventions ont été réalisées :

  • la dépose, le repérage, le nettoyage des bronzes (en collaboration avec l’atelier métal moderne du C2RMF), puis leur remontage ;
  • la substitution du taffetas de soie décoloré derrière les balustres, sur la face, par un taffetas de soie de même couleur cousu sur le premier tissu (et identifié comme restitution au revers) ;
  • le dépoussiérage du velours de laine ;
  • le rééquilibrage de la déformation de la porte ;
  • le nettoyage et la fixation des verres ;
  • la révision du fonctionnement de la serrure.

Enfin le mouvement a été replacé dans la caisse, puis le timbre, le marteau, le balancier et la clé ont été remis en place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La restauration a été réalisée par Sabrina Vétillard, stagiaire en formation, sous la responsabilité de Frédéric Leblanc, chef de travaux d'art au C2RMF.

La pendule est exposée du 16 septembre au 12 novembre 2017 au musée national du château de Pau. Pour en savoir plus, voir ici.

Références bibliographiques:

PAULIN, M.-A., LEBLANC, F., « Note sur la restauration du mobilier Boulle du musée du Louvre : le nettoyage des marqueteries métalliques », Technè 38 (2013), p. 101-103.

BALCAR, N., LEBLANC, F., Redécouverte du vernis Roubo pour le mobilier, de la théorie à la pratique, 2014