Hôtel Le Bas de Montargis : Trumeau de glace

Hôtel Le Bas de Montargis : Trumeau de glace

Hôtel Le Bas de Montargis : Trumeau de glace

Origine et date: 
Hôtel Le Bas de Montargis : Trumeau de glace
OA 12302
v. 1700-1705
Artiste(s): 
Hôtel Le Bas de Montargis : Trumeau de glace

v. 1700-1705

Une partie de ces boiseries avait été déjà restaurée à l’occasion de la présentation de 1962 dans les anciennes salles du musée du Louvre. Un trumeau conservé en réserves était en revanche couvert d’une épaisse peinture marron datant du XIXe siècle. L’ensemble était donc dans un état très hétérogène. Les coupes stratigraphiques ont révélé que, sous la couche de peinture marron, et sous d’autres couches de peinture plus anciennes, la dorure du XVIIIe siècle était encore présente sur le trumeau. A ainsi commencé un très long travail de dégagement par voie mécanique et par voie chimique. La dorure d’origine était d’une très belle qualité et pour la plus grande partie du trumeau de simples retouches à l’aquarelle ont permis d’harmoniser la pièce.

- See more at: http://c2rmf.fr/collection/mobilier-xviiie-une-restauration-de-grande-am...

Une partie de ces boiseries avait été déjà restaurée à l’occasion de la présentation de 1962 dans les anciennes salles du musée du Louvre. Un trumeau conservé en réserves était en revanche couvert d’une épaisse peinture marron datant du XIXe siècle. L’ensemble était donc dans un état très hétérogène. Les coupes stratigraphiques ont révélé que, sous la couche de peinture marron, et sous d’autres couches de peinture plus anciennes, la dorure du XVIIIe siècle était encore présente sur le trumeau. A ainsi commencé un très long travail de dégagement par voie mécanique et par voie chimique. La dorure d’origine était d’une très belle qualité et pour la plus grande partie du trumeau de simples retouches à l’aquarelle ont permis d’harmoniser la pièce.

 

1/ Face après intervention.

2/ L'ensemble du panneau est recouvert d'une peinture marron qui dissimule un décor élaboré. Des fenêtres de dégagement et des coupes stratigraphiques ont été réalisées pour étudier l'oeuvre avant d'entreprendre sa restauration.

3/ Partie supérieure du trumeau en cours d'intervention : sous la peinture marron, le dégagement des repeints de la partie droite laisse apparaître un décor de boiseries dorées sur fond blanc ainsi qu'une bordure travaillée avec du faux marbre.

4/ Détail de la photo précédente : le mascaron central après dégagement des repeints.

5/ Le mascaron central après intervention.

6/ Une des deux parcloses, avant, en cours, et après restauration. Cet élément de lambris indépendant très lacunaire a été réintégré en menuiserie et en sculpture, puis doré et harmonisé.

7/ Photographie au microscope optique de la coupe stratigraphique, ensemble des couches appliquées sur la dorure originale en quatre ou cinq interventions distinctes. Prélèvement issu du cintre du trumeau.

8/ à gauche, détail de la couche rose appliquée sur la dorure (en cours de dégagement). A droite, photographie au microscope optique de la coupe stratigraphique de cette couche rose avant (en haut) et après (en bas) le test spécifique de coloration au lugol qui révèle l'amidon en lui faisant prendre une teinte noire.