illustration actes colloques

Actes de colloques

Glass atmospheric alteration 2019

 

glass_atmospheric_alteration_couv.jpgLe premier symposium international sur l'altération du verre conservé en atmosphère s'est tenu au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) à Paris du 15 au 17 novembre 2017. Organisé par le groupe de chercheurs, issus du C2RMF et de l'Institut de recherche de Chimie Paris, travaillant sur le verre (UMR CNRS 8247), ce symposium visait à faire progresser la connaissance des processus physico-chimiques complexes mis en jeu dans l'altération du verre sous atmosphère humide. En effet, si l'altération du verre en phase liquide fait l'objet de nombreuses recherches depuis des décennies, celle du verre en atmosphère est bien moins étudiée.

Lors de ce symposium, scientifiques, conservateurs et restaurateurs du patrimoine culturel ont abordé deux grandes thématiques : l'étude des mécanismes de l'altération du verre en atmosphère et celle de la conservation de ces verres altérés. Ces échanges ont permis de dresser un état des lieux dans ce domaine, de dessiner les axes de recherche pour l'avenir de la conservation et de la restauration des œuvres du patrimoine en verre, et d'ouvrir des perspectives de collaboration entre les différentes institutions présentes à cet événement.

La diffusion de la donnaissance auprès des scientifiques, des conservateurs et des restaurateurs consernés par ce sujet se poursuit au travers de la présente édition des actes du colloque.

BIRON (I.), ALLOTEAU (F.), LEHUÉDÉ (P.), MAJÉRUS (O.), CAURANT (D.), Glass atmospheric alteration. Cultural heritage, industrial and nuclear glasses, Hermann, Paris, 2019

 
 
 

 

L'Europe du vase antique 2014

 

version_deux_vase_europe.jpgCollectionner, étudier, restaurer : trop souvent dissociées dans les travaux consacrés au devenir moderne de l’antique, ces trois pratiques étroitement liées au cours du temps n’ont cessé de s’influencer et de se féconder, dans le cadre de réseaux européens particulièrement actifs autour de l’objet de fascination et de passion qu’a représenté le vase peint – qu’il soit d’origine grecque ou étrusque – durant les XVIIIe et XIXe siècles.

L’intérêt porté ces dernières années, un peu partout en Europe, à l’histoire patrimoniale et culturelle dont le vase antique est l’un des grands acteurs a été à la source, à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), d’un programme de recherches clôturé par un colloque international les 31 mai et 1er juin 2011. Celui-ci a réuni vingt-cinq participants, spécialistes de la céramologie antique, de l’histoire de l’art moderne, de l’étude scientifique des matériaux du patrimoine ainsi que de l’histoire de la restauration ; leurs approches croisées sont réunies ici.

Parmi les thèmes abordés figurent l’étude de personnalités marquantes qui ont animé les réseaux du collectionnisme et de la restauration en Europe, aux XVIIIe et XIXe siècles, les différents contextes de la formation des collections – et notamment de celles formées en Italie et parvenues en Europe centrale et en Russie –, la diversité des approches matérielles et leur rôle dans l’histoire de la « fabrique » moderne des objets. Le volume s’achève sur une discussion interdisciplinaire consacrée au cratère de Lasimos (musée du Louvre), un vase emblématique de la plupart des questions posées par ce nouveau champ de recherches : cette étude de cas illustre tout l’intérêt d’une méthodologie fondée sur une approche globale de l’objet.

BOURGEOIS (B.), DENOYELLE (M.) dir., L’Europe du vase antique. Collectionneurs, savants, restaurateurs aux XVIIIe et XIXe siècles, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2014

 

Voir le sommaire : sommaire_europe_vase_antique.pdf

 
 
 

Leonardo da Vinci's technical practice 2014

 

couv.vinci_.jpgL'oeuvre de Léonard de Vinci est universellement reconnue et suscite enthousiasme, étonnement, commentaires lyriques et enflammés. Une autre façon de l'apprécier est de l'aborder au plus près de sa matérialité (matériaux employés, manières de les préparer, de les associer, de les adapter les uns aux autres) afin d'approcher l'intention avec sérieux, de retrouver les savoir-faire, de comprendre les inventions, mais aussi d'étudier le vieillissement pour mieux conserver et transmettre. Tel est le but du projet CHARISMA qui vise à mettre en commun les compétences et les connaissances des principales institutions européennes en charge de l'étude, de l'examen, de la conservation et de la restauration des oeuvres patrimoniales.


Ce volume est le fruit des contributions d’historiens, de chimistes et de restaurateurs réunis, début 2012, lors d’un colloque international organisé par CHARISMA à la National Gallery de Londres, suite à la restauration de la version anglaise de la Vierge aux Rochers, et à l’occasion de l’exposition «Léonard de Vinci : peintre à la Cour de Milan». Le colloque fut dédié à l’étude de la technique artistique de Léonard dans ses ateliers. La transversalité des différents regards sur l’oeuvre de l’artiste emblématique de la Renaissance italienne met en lumière la nécessaire complémentarité des points de vue pour construire une histoire de l’art plus complète. Les articles illustrent l’influence que Léonard exerça sur ses élèves, sur ses compagnons d’atelier, mais aussi sur ses contemporains.

MENU (M.) ed., Leonardo da Vinci's technical practice. Paintings, drawings and influence, Hermann, Paris, 2014

Voir le sommaire : leonardo_sommaire.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Information : réduction des activités sur le site de Versailles
De juin 2022 jusqu’à fin 2025
20210315_Affiche_JDOC&PDOC22.png
En ligne : Journée des doctorants et post-doctorants du C2RMF - 2022