IPERION-CH

IPERION CH (2014 – 2019) en bref

Les sciences du patrimoine sont un domaine scientifique de pointe qui regroupe un large ensemble de disciplines de recherche qui contribuent aux différents aspects de la conservation, de l’interprétation et de la gestion du patrimoine culturel conservé dans des musées, des galeries, des bibliothèques, des archives, des monuments, ou encore sur des sites archéologiques, etc. IPERION CH rassemble autour d’un projet commun des institutions nationales dont l’expertise est reconnue de longue date. Ce projet met en relation les chercheurs en sciences humaines et sociales avec leurs pairs en sciences naturelles, et promeut une culture d’échanges et de coopération transdisciplinaire à l’intérieur de l’espace européen de la recherche.

Son but est d’établir une infrastructure de recherche distribuée et durable, dont les activités sont structurées autour d’une offre d’accès à un ensemble complet d’instruments scientifiques de haut niveau, de méthodologies, de données et d’outils afin de contribuer au développement de nouvelles connaissances et d’innovations dans le domaine de la préservation du patrimoine. L’objectif final d’IPERION CH est d’avancer vers la création d’E-RIHS, une infrastructure de recherche commune de droit européen (un consortium pour une infrastructure européenne de recherche, souvent abrégé en « ERIC ») qui rassemblera des laboratoires de réputation mondiale grâce à un système de nœuds nationaux et qui sera amenée à jouer un rôle moteur dans la communauté internationale des sciences du patrimoine.

La construction d’E-RIHS bénéficie d’une dynamique favorable, avec son inscription dans la feuille de route européenne ESFRI et grâce au travail réalisé dans le projet H2020 « E-RIHS Preparatory Phase » qui a pour but d’intégrer dans E-RIHS les résultats d’IPERION CH et d’autres projets pertinents. Les travaux d’IPERION CH seront prolongés dans le projet IPERION HS (2020 – 2023), le nouveau venu dans une longue suite de projets sur le sujet. Ce nouveau projet européen donnera au consortium l’occasion de tester les politiques développées pour E-RIHS, ainsi que de solidifier l’engagement des communautés de l’archéologie et de la paléontologie dans la structuration du domaine des sciences du patrimoine.

Une communauté de chercheurs avancée et multidisciplinaire

Quatrième dans une lignée de projets européens, IPERION CH s’appuie sur une longue expérience et sur des connaissances accumulées ces 15 dernières années par le consortium de partenaires dans le cadre du réseau LabS-TECH (FP 5, 6 et 7) et dans les projets I3 Eu-ARTECH et CHARISMA.
Le haut niveau de coordination entre les institutions partenaires permet l’intégration des différents services d’accès et des activités d’IPERION CH afin de fournir un soutien complet à la communauté des sciences du patrimoine. IPERION CH rassemble 23 partenaires venant de 12 états membres de l’Union et un partenaire américain dans un réseau qui permet aussi des affiliations et des collaborations ponctuelles.

Ces partenaires sont de grands centres de recherche en sciences du patrimoine, dont notamment de grands organismes de recherche et des laboratoires ou des centres de conservation relevant de musées ou d’universités. Leur réputation provient non seulement de leur équipement de pointe, mais aussi de la réputation internationale de leurs équipes pour avoir combiné de l’expertise technique avec une expertise historique de différents types de matériaux témoins de l’histoire.
IPERION CH collabore aussi avec d’autres projets et des infrastructures européennes, dont notamment l’ERIC DARIAH, représenté dans le consortium par l’INRIA.

Le C2RMF dans IPERION CH

Grâce à l’expérience et à l’implication de ses équipes dans tous les projets européens ayant abouti à IPERION CH et à E-RIHS, le C2RMF joue un rôle important dans les activités scientifiques du projet et un rôle moteur dans les réflexions et dans le travail menant à E-RIHS ERIC et à E-RIHS France.
Interdisciplinaire par excellence, le C2RMF tire avantage du très large domaine d’expertise de ses équipes, de son équipement complet et de ses liens institutionnels avec d’autres acteurs majeurs du patrimoine pour fournir un accès et un soutien sur mesure à des scientifiques européens dans le cadre des plateformes ARCHLAB (accès au centre d’archives et de documentation), FIXLAB (accès à AGLAE, le seul accélérateur de particules totalement dédié aux sciences du patrimoine) et MOLAB (accès un ensemble d’instrumentations mobiles pour des analyses in-situ, en collaboration avec des institutions partenaires françaises).
En plus de son implication dans plusieurs activités de recherche conjointes (JRA) du projet, le C2RMF est fortement impliqué dans les questions de gouvernance et dans les aspects juridiques de la création d’E-RIHS.