Ecouen, musée national de la Renaissance :Restauration des cheminées de l'antichambre et de la chambre de Madeleine de Savoie

Le château d'Ecouen conserve un décor intérieur exceptionnel, composé entre autres de douze cheminées peintes entre 1547 et 1552 par un atelier d'artistes influencés par l'école de Fontainebleau ; elles illustrent des scènes bibliques souvent placées dans des fonds de paysage et encadrées d'importants trophées décoratifs.La conservation de ces cheminées a suivi les vicissitudes de celle du bâtiment lui-même : tour à tour, demeure du Connétable de Montmorency, puis de la famille de Condé ; il est devenu depuis la Révolution, lieu de réunion pour club patriotique, puis prison, hôpital , caserne et enfin maison d'éducation de la Légion d'Honneur jusqu'en 1962. Le château fut finalement destiné, en 1969, à recevoir pour les présenter au public, les collections des œuvres de la Renaissance appartenant au musée de Cluny.Peintes selon une technique rapide et fragile, à l'huile sur la pierre légèrement préparée par un mince enduit de carbonate de calcium et de colle, ces cheminées subirent des campagnes de restaurations successives au XVIIe, XVIIIe. L'affectation du bâtiment à la Légion d'honneur , au XIXe et au XXe siècles a eu pour conséquence de violents traumatismes sur le décor : pose de badigeons, entresolements et percements d'ouvertures Une rapide campagne de mise en présentation des cheminées eut lieu entre 1973 et 1977 pour l'inauguration du musée.Dès 1978, un véritable programme de restauration est engagé par la direction des Monuments Historiques et la direction des Musées de France avec deux restauratrices, Isabelle Dangas et Franziska Hourrière. L'objectif de cette nouvelle restauration est ne pas tenter de restituer un pseudo-état d'origine mais seulement mettre en valeur l'état actuel des matériaux originaux et de conserver les traces de leur histoire mouvementée.Ce programme se terminera avec la restauration des deux cheminées les plus endommagées et les moins lisibles qui ornent l'appartement de l'épouse du Connétable, Madeleine de Savoie et qui sont supposées illustrer la Rencontre de Jacob et Esaü et le Départ de Jacob Une étude préalable a été demandée au printemps 2002 à Anthony Pontabry , pour évaluer le plus précisément possible l'état de dégradation et l'étendue des manques et de proposer une solution de présentation esthétique des grandes plages lacunaires confrontées aux restes subsistant des compositions originales.La réalisation du projet a été confiée à Christine Mouterde et Corinne Prévost : le chantier a débuté en septembre 2002 et se poursuivra en 2003. Légende : Vues d'ensemble de la cheminée de la chambre de Madeleine de Savoie : état actuel. © C2RMF