Toutes les actualités

Une première - Paris-Bogotá : des oeuvres suivies à la trace

Dans le cadre de l'année France - Colombie 2017

Une première - Paris-Bogotá : des oeuvres suivies à la trace

Une première - Paris-Bogotá : des oeuvres suivies à la trace

Publié le 30 Juin 2017
Partenariat entre le Centre national des arts plastiques (CNAP) et le département Conservation préventive du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) autour du transport d'une oeuvre de Wang Du

A l’occasion de l'exposition Y he aqui la luz (Et voici la lumière) au Museo Miguel Urrutia (MAMU) de Bogotá (7 avril - 24 juillet 2017), le département conservation préventive du C2RMF a été sollicité par le CNAP pour évaluer les risques climatiques et mécaniques à bord d’un cargo pour un long transport routier et maritime entre Paris et Bogotá.

Les équipes ont travaillé sur une œuvre monumentale de Wang Du (FNAC 05-921) intitulée Défilé, une installation composée de 20 sculptures en résine polyester, acrylique, métal et bois de grandes dimensions, réparties dans douze caisses.

Soulignons que cette collaboration s’est développée avec la participation de l’artiste qui a confié très généreusement des matériaux constitutifs de ses œuvres afin d’effectuer des tests en laboratoire.

En raison du volume des caisses et pour des questions de coûts, le CNAP a décidé qu’une partie des œuvres voyagerait par avion et l'autre par bateau et cela dans deux conteneurs Reefer (température et humidité contrôlée).

Les œuvres, emballées dans des caisses isothermes placées dans deux conteneurs climatisés, ont voyagé :
- par camion de Saint-Ouen l'Aumône à Anvers,
- par bateau d'Anvers à Cartagena,
- à nouveau par camion de Cartagena à Bogotá.

La collaboration CNAP /C2RMF avait pour but d'évaluer plusieurs éléments :

- l’efficacité des caisses isothermes et des conteneurs pour réguler le climat,
- les vibrations potentielles à bord du bateau,
- la surveillance des points critiques de la chaîne de transport en particulier les transbordements (chargement et déchargement des camions et du bateau),
- le suivi en temps réel du container sur le bateau et jusqu’à son arrivée au musée de Bogotá, les convoyeurs n’étant pas autorisés sur le cargo.

Pour vérifier et étudier ces différents paramètres, des capteurs ont été placés dans et sur les caisses isothermes pour enregistrer le climat et sur les oeuvres pour enregistrer les vibrations auxquelles elles sont potentiellement sensibles.

 

 

Cette étude inaugurale ouvre de nouvelles voies pour le transport des œuvres

- pour la première fois, l’efficacité du Reefer est suivie et vérifiée : il permet d'obtenir une grande stabilité de la température (18°C) et de l'humidité (45-50%HR) ;
- les enregistrements relevés n’indiquent aucun choc, ni au chargement ni au déchargement ;
- des vibrations "normales" en termes de gamme de fréquence et d'intensité ont été enregistrées seulement pendant les transports en camion entre Paris et Anvers et entre Carthagène et Bogota mais aucune vibration notable sur le bateau ;
- la géolocalisation en temps réel des œuvres est également une première : elle a permis de suivre le container des réserves du CNAP jusqu’à son arrivée au musée grâce au positionnement GSM et GPS par traceur autonome embarqué ;

Ces premières constatations conduisent à penser que le transport maritime est une solution alternative d’avenir à développer pour le transport d’œuvres d’art volumineuses.

Voir le site du CNAP