Détail du Saint Benoit de Palerme durant l'étude
Voir toutes les actualités

Statue de Saint Benoît de Palerme - étude d'œuvre et restauration

Saint Benoît de Palerme, fils d’esclave et saint européen,

une statue composite et polychromée
 

Publié le 15/04/2024

Vidéo réalisée par le musée des Beaux-Arts d'Agen en collaboration avec le C2RMF.
Statut de Saint Benoit de Palerme en cours de restauration
Statut de Saint Benoit de Palerme en cours de restauration

La statue de Saint Benoît de Palerme est venue au C2RMF pour une phase d’étude et d’analyse scientifique, précédant une importante phase de restauration.

1. Présentation de l'oeuvre

Amorcée au XVIe siècle en réponse à la Réforme protestante, la Contre-Réforme catholique se poursuit au XVIIe siècle, notamment à travers l’apparition d’une iconographie nouvelle. La sculpture connait elle aussi de profondes mutations (avec notamment une recherche de réalisme poussée à l’extrême) qui sont parfaitement incarnées par la statue de Saint Benoît de Palerme.  Essentiellement composée de bois, le sculpteur a également utilisé d’autres matériaux, comme des cils fabriqués à partir de poils naturels ou l’ajout de dents en os, qui exacerbent les traits réalistes de saint Benoît. Enfin, le rendu de la peau et des tissus, conjointement par des sculpteurs et des peintres, atteint un grand degré d’illusionnisme. 

image numérique en lumière réfléchie
image numérique en lumière réfléchie

Fils d'esclaves africains de Sicile, Benoît de Palerme (1524-1589) – dit le Maure à cause de la couleur de sa peau – est affranchi à la naissance. Élevé dans la foi catholique par ses parents, fervents chrétiens, il devient ermite à l’âge de 20 ans avant d’entrer dans l’ordre des Franciscains. Cette représentation le montre vêtu de la robe de bure des frères franciscains, souriant, empreint d’allégresse et de ferveur. 

La radiographie nous permet de voir que la sculpture est composée d’une pièce principale sur laquelle s’encastrent la tête et les mains. Seule la main droite est conservée. Des tourillons, visualisés sur les radiographies, renforçaient l’assemblage. Les mains, aujourd’hui vides, devaient tenir, à droite un crucifix (aujourd’hui disparu) et à gauche un cœur d’où perlaient sept gouttes de sang, symboles des sept vertus.
 

2. étude de la polychromie de l’œuvre

Plusieurs échantillons ont tout d’abord permis de mettre en évidence la technique d’exécution de la polychromie de la statue, qui consiste en l’application de deux couches de couleur : une sous-couche brune de terre riche en oxydes de terre, parsemée de nombreux petits grains de vermillon, suivie d’un rehaut brun plus intense « ébène », composé d’une terre riche en oxydes de fer. Ces couches de peintures reposent sur une couche de préparation permettant de recevoir la polychromie en isolant le bois.

Conclusion

Ainsi, ces études ont permis de mettre en avant que la polychromie de la statue de saint Benoît est bien la polychromie d’origine de l’œuvre, dont l’état de conservation est assez exceptionnel pour une œuvre en bois du XVIIIe siècle.
 

Versailles - réduction des activités
De juin 2022 jusqu’à fin 2025
Logo espadon
ESPADON