Image collection header

LES RESTES HUMAINS PATRIMONIALISÉS

Le musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Anne Chauvet
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Anne Chauvet
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Anne Chauvet
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Jean Marsac
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Gérard de Pugniet
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque C2RMF / Gérard de Pugniet
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
Momie de femme dite prétresse isiaque
momie

Momie de femme dite prétresse isiaque

L’objectif qui a guidé l’intervention de restauration sur les deux corps conservés au musée de Beaufort-en-Vallée a été de redonner aux corps une cohésion et une lisibilité maximale dans une perspective d’exposition, tout en s’attachant à appliquer un traitement strictement réversible et respectueux de l’innocuité et de la stabilité des matériaux employés.

L’étude simultanée de ces deux corps a permis d’établir des comparaisons entre les différentes techniques de préparation funéraire.

La sépulture de la prêtresse isiaque est issue des fouilles de Gayet à Antinoé en 1908. Elle fait partie du corpus des momies d’Antinoé étudiées par le Service du récolement des dépôts et des arts de l’Islam du musée du Louvre. Arrivée au musée en 1908, elle n’avait jamais été sortie de sa vitrine et présentait le pied dextre cassé. Le corps tout comme les tissus présentaient un mauvais état de conservation.

Les textiles ont été dépoussiérés par micro-aspiration minutieuse. Les connexions anatomiques du corps ont été remises en place autant que possible à l’aide de cales de Plastazote ® et les ligaments rompus du pied droit ont été refixés par un doublage au papier japon. Le tout a reçu un suport de manipulation évitant toute prise directe du corps.

 

 

1/ la tête, avant intervention.

2/ avant intervention, après retrait de la vitrine.

3/ après intervention.

4/ radiographie, sur place au musée : mise en évidence de l'absence de connexion anatomique au niveau du thorax et de la présence d'une bague.

5/ anoxie.

6/ préparation avant le retrait de la vitrine.

Autres collections

Media Name: face,  en cours d'intervention, image numérique en lumière réfléchie, couleurs.
5 périodes clés

La Sainte Anne, une restauration majeure

bureau_roi_devant_ouvert
6 périodes clés

Le secrétaire à cylindre de Louis XV

Un meuble emblématique en restauration au C2RMF