bom4690.jpg HC
Voir toutes les actualités

La pendule de Passemant : une restauration hors norme

pendule de Passemant C2RMF80693
Pendule astronomique de Louis XV, après intervention (Musées nationaux des châteaux de Versailles et de Trianon, INV. VMB 1037), ©C2RMF/ Bourguet Michel

A l’occasion de l’exposition consacrée au roi Louis XV au Château de Versailles, la pendule astronomique de Passemant fait l’objet d’une étude scientifique et d’une restauration complète de ses bronzes et de son mécanisme astronomique et horloger au C2RMF. Il s’agit d’une première mondiale pour une opération de cette importance, la pendule de Passemant étant un véritable monument artistique et scientifique. En effet, cet instrument hors du commun réalisé entre 1749 et 1753 est l’œuvre de quatre spécialistes éminents de l’époque. Son mécanisme a été conçu par l’ingénieur et astronome Claude-Siméon Passemant, puis fabriqué par l’horloger Louis Dauthiau. Le cabinet en bronze abritant le mécanisme, chef d’œuvre du style rocaille, a quant à lui été créé par les sculpteurs Jacques et Philippe Caffieri. En 1754, la pendule est installée au château de Versailles dans le petit appartement du roi. Aujourd’hui encore, elle est conservée au Musée national du château de Versailles et de Trianon. Ce dernier a fait appel au C2RMF pour la restaurer.

Après une étude préalable au démontage de la structure et au transport de la pendule, de nombreuses analyses ont été réalisées au laboratoire du C2RMF. Celles-ci ont permis d’accroître considérablement la connaissance de cette œuvre complexe et d’établir un protocole général de nettoyage des bronzes et de restauration des mécanismes :

  • la spéctrométrie de fluorescence XRF a permis d’étudier l’aspect qualitatif et quantitatif de la dorure ainsi que le travail de finition;
  • l'endoscopie a révélé la structure interne du bronze et a montré que le jambage avait été réalisé suivant la technique de la fonte dite à la cire perdue;
  • la microscopie USB a mis en évidence la tracéologie du ciselet (qui permet de déterminer le nombre d’intervenants sur l’œuvre);
  • enfin, un ensemble de radiographies a rendu visible la structure de l’œuvre et du planétaire.
pendule de Passemant KOA2278
Détail du planétaire, ©C2RMF/ Komenda Alexis
 
pendule de Passemant RA3182-01-02
Détail du planétaire, radiographie, ©C2RMF/ Lambert Elsa


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à ces analyses, la pendule a pu être démontée pour être étudiée et restaurée. De nombreuses inscriptions sont apparues, apportant des précisions sur l’histoire matérielle de l’œuvre. Les pièces du mécanisme ont été constatées et nettoyées et la restauration des bronzes dorés a été menée à bien. Leur état de surface présentait en effet un état d’encrassement général qui nuisait à la lecture de l’œuvre. Leur restauration a permis de retrouver les jeux de couleurs et de patines originels ainsi que les exceptionnels effets satinés propres à la pendule de Passemant.

pendule de Passemant bom4378
Détail des agrafes piétement tablier ©C2RMF/ Bourguet Michel
pendule de Passemant bom4690
Détail du planétaire, ©C2RMF/ Bourguet Michel


 

 

 

 

 

 

 

Dans le courant de l’année 2023, de retour au C2RMF, la pendule bénéficiera d’une restauration complète de ses mécanismes selon le protocole établi lors de son premier séjour. Des observations à la loupe et au microscope numérique apporteront des informations aussi bien sur les pièces endommagées que sur les nombreuses inscriptions réparties sur le mécanisme de la pendule. De plus, un comptage des dentures, des roues et des pignons sera effectué et les calculs mathématiques seront repris à partir d’un relevé de côtes. Cet ensemble d’informations permettra d’avancer considérablement sur la connaissance de la pendule de Passemant et de restaurer en profondeur ses mouvements astronomiques et horlogers.
 

pendule de Passemant  KOA2290
Détail de la partie inférieure du planétaire ©C2RMF/ Komenda Alexis

 

 

 

 

 

 

 

Au-delà de la pendule de Passemant, d’autres œuvres de l’exposition Louis XV ont été restaurées au C2RMF : c’est le cas du bureau de Louis XV, du microscope de Passemant et du Portrait de Louis XV en costume de sacre de Rigaud.

Equipe C2RMF

Département Restauration, filière Arts Décoratifs

•    Magali Bélime-Droguet, conservateur du patrimoine, chef de la filière.
•    Emmanuel Plé, chef de travaux d’art, spécialité restauration métal, responsable de l’atelier des métaux historiques.

Département Recherche

•    Elsa Lambert, radiologue
•    Eric Laval, ingénieur d’étude
•    Dominique Robcis, chargé d’études métallurgiques
•    Thomas Calligaro, ingénieur de recherche

Responsable de l’œuvre

•    Laurent Salomé, Directeur du musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon
•    Hélène Delalex, conservatrice du patrimoine - Château de Versailles

Partenaires extérieurs, restaurateurs du patrimoine et horlogers

•    Julie Schröter, restauratrice – conservatrice de métaux
•    Ryma Hatahet, restauratrice du patrimoine métallique et Horlogère, mandataire du groupement
•    Jean-Baptiste Viot, horloger
•    Leslie Villiaume, horlogère
•    Serge Rukwavu, horloger

 

Information : réduction des activités sur le site de Versailles
De juin 2022 jusqu’à fin 2025
rogné BEJ7890.jpg
Le Caravage de Rouen : un chef d’œuvre redécouvert