rogné 20220919__DSC0226_Restauration_TrompeBavay_C2RMF-COM@C2RMFVanessaFournier.jpg
Voir toutes les actualités

La trompette de Bavay : les secrets de l’instrument de musique

20210406_DSC0412_TrombeBavay_RX_COM-FOV©C2RMF Vanessa Fournier_1.jpg
©C2RMF/ Vanessa Fournier

Du 8 décembre 2022 au 8 novembre 2023, le Forum antique de Bavay, musée archéologique du Département du Nord propose l’exposition

temporaire « Des trompes et vous » autour de la trompette de Bavay. Cette trompette découverte le 21 avril 2021 par le Service archéologie et patrimoine du Département du Nord sur le site du Forum Antique de Bavay est un objet remarquable qui permet de faire avancer la connaissance dans le domaine des instruments de musique antique. Le C2RMF participe aujourd’hui à un important travail de recherche et de restauration sur la trompette droite – tuba – de Bavay.

Les études réalisées sur la trompette

Une étude préalable de la tuba de Bavay a été menée au C2RMF fin 2021 et début 2022 afin d’aider à préparer le cahier des charges de la restauration. Les premiers éléments de connaissance de la trompette ont été rassemblés à cette occasion : processus de fabrication, nature des matériaux et état de conservation.

L’examen radiographique X a révélé que le principe de montage est identique à celui observé sur d’autres trompettes antiques : un long tube droit divisé en sections de façon à pouvoir être facilement démonté, rangé et transporté. Les sections de tube sont réunies entre elles par des fourreaux cylindriques. Il en résulte visuellement un instrument présentant une alternance de tubes lisses et de fourreaux décorés.

20221104_montage_trompe_bavay copie_1.jpg
©C2RMF/ Anne Maigret

L’examen a aussi établi que l’embouchure, le porte-embouchure et les cinq fourreaux ont été fabriqués par fonderie. Les tubes lisses ont en revanche été réalisés en découpant des formes quadrangulaires dans une grande feuille de métal martelé. Ces formes ont été roulées sur leurs bords longs pour former des tubes. Les jointures le long des tubes ont été obturées par un cordon de brasure à base de plomb et d’étain pour l’étanchéité à l’air (condition essentielle à la production des sons).

La composition élémentaire des différentes pièces métalliques a été déterminée au moyen d’un appareil de fluorescence X portable. Les analyses effectuées à ce stade ne sont pas quantitatives, car effectuées directement en surface. On sait désormais que pour les pièces de fonderie, l’artisan a eu recours à un alliage cuivreux à fort taux de plomb. Dans le cas des pièces fabriquées par martelage, il a fait appel à un alliage cuivreux à fort taux de zinc.

L’étude de la trompette après restauration a montré que certaines pièces de la trompette portaient en surface un décor de métal blanc appelé étamage. Enfin, elle a mis en évidence des traces d’usure et de réparation, témoignages d’une longue utilisation de l’objet.
La restauration de l’instrument

Le C2RMF a assuré le soutien scientifique et technique d’un important travail de restauration de la trompette. La restauration a eu lieu dans le but de rendre l’instrument lisible et stable pour sa présentation au public et pour son étude ultérieure.

Divers traitements de conservation-restauration ont été réalisés dans les ateliers : dégagement des croûtes par des méthodes mécaniques et chimiques, collages et consolidations, réintégration colorée à l’aide de divers pigments. Les opérations ont toutes été consignées dans un rapport de conservation conservé au C2RMF et mis à la disposition de la communauté scientifique et du public.

20220919__DSC0226_Restauration_TrompeBavay_C2RMF-COMC2RMFVanessaFournier.jpg
©C2RMF/ Vanessa Fournier
20220919__DSC0291_Restauration_TrompeBavay_C2RMF-COMC2RMFVanessaFournier.jpg
©C2RMF/ Vanessa Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une étude approfondie de la trompette par le C2RMF est d’ores et déjà prévue après l’exposition, elle s’effectuera en collaboration avec l’IRCAM (Institut de Recherche et de Coordination Acoustique Musique) pour proposer une modélisation du son de l’instrument à partir de sa reconstitution numérique.

 

Equipe C2RMF

Département Recherche :
•    Benoît Mille, ingénieur de recherche, chef du groupe Objets, pilote du projet
•    Elsa Lambert, radiologue
•    Anne Maigret, photographe
•    Agnès Lattuati-Derieux, responsable chimie organique
•    Hitomi Fujii, chimie organique
•    Louise Chassouand, chimie organique
•    Christel Doublet, MEB
•    Eric Laval, MEB
•    Quentin Lemasson , PIXE

Département Restauration :
•    Manuel Leroux, chef de travaux d’art, restaurateur de métaux archéologiques, co-pilote du projet
•    Sara Busschaert, conservateur du patrimoine
•    Sylvie Watelet, conservateur du patrimoine
•    Noëlle Timbart, conservateur du patrimoine, chef de la filière archéologie

Département Conservation préventive :
•    Nacer Berri, installateur
•    Stéphane Penaud, installateur
•    Jocelyn Périllat, préventiste
•    Evelyne Sohonow, régisseuse
•    Martina Lange-Brejon, régisseuse
•    Julie Rolland, responsable de la régie

Cellule Communication
•    Hugo Plumel, responsable de la cellule communication
•    Vanessa Fournier, chargée de communication
•    Juliette Delerue, stagiaire

Partenaires extérieurs (Restauratrices indépendantes)
•    Clémence Chalvidal, restauratrice métal, indépendante
•    Hélène Huysseune, restauratrice métal, indépendante
•    Julie Schröter, restauratrice métal, indépendante

Responsables de l’œuvre
•    Patrice Herbin, directeur du service archéologie et patrimoine du département du Nord
•    Pierre-Antoine Lamy, directeur du Forum antique de Bavay, Département du Nord
•    Gilles Leroy, ingénieur de recherche, service régional de l’archéologie –DRAC Hauts-de-France – site de Lille
•    Laetitia Maggio, conservatrice du patrimoine, responsable des biens archéologiques mobiliers, service régional de l’archéologie –DRAC Hauts-de-France – site de Lille

 

Information : réduction des activités sur le site de Versailles
De juin 2022 jusqu’à fin 2025
Exposition
L’ensemble funéraire de Setjaimengaou: étude et restauration