Toutes les actualités

Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay

Partenariat entre Bavay et le C2RMF pour une redécouverte du Trésor

Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay

Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay

Publié le 13 Septembre 2018
Exposition présentée au Forum antique de Bavay du 13 septembre 2018 au 22 janvier 2019

Dans le cadre du projet de revalorisation du Trésor des bronzes de Bavay, le Forum antique de Bavay a noué un partenariat avec le C2RMF pour obtenir de nouvelles données sur les techniques de fabrication de pièces phares du Trésor, à la lumière d’analyses scientifiques de pointe. Découvert en 1976, le Trésor compte plus de 370 objets en bronze, parmi lesquels se rangent des statuettes de divinités du panthéon gréco-romain, de nombreux objets du quotidien à usages divers et des petits fragments de bronze issus de statues monumentales brisées. L'existence et l'histoire de ce dépôt continuent d'interroger les spécialistes. À l'automne 2017, le C2RMF a mobilisé une bonne partie de ses équipes de recherche et de ses équipements pour étudier les pièces du Trésor en laboratoire :

- la radiographie et la tomographie aux rayons X pour connaître la structure des statuettes : Dans l'Antiquité, plusieurs techniques de fonte du bronze coexistent pour la fabrication de la statuaire. Selon la méthode utilisée, on obtient un objet plein ou creux, qui peut par ailleurs correspondre à une création originale, ou au contraire résulter d'une production en grande série. Les statuettes ont été radiographiées et tomographiées aux rayons X pour comprendre leur structure interne, mesurer l'épaisseur des parois métalliques, repérer et étudier les assemblages, et détecter la présence d'éventuels défauts de fonderie.

- la spectrométrie d'émission atomique à plasma pour percer les alliages constitutifs des pièces : Une couche de corrosion relativement épaisse couvre les bronzes de Bavay. Pour accéder à la recette originelle de l'alliage et déterminer la composition en impuretés du métal, il a donc fallu effectuer de minuscules prélèvements afin de collecter quelques milligrammes de métal qui ont ensuite été analysés par spectrométrie d'émission atomique à plasma. Ces données permettent en particulier de tester des rapprochements entre les différentes statuettes.

 

 

- New AGLAE et la fluorescence X pour déterminer les matériaux constitutifs des ornements des statuettes : Pour certaines statuettes, une véritable polychromie a été redécouverte : incrustations d'argent, d'or, de cuivre rouge, patines noires intentionnelles. Ces ornements décorent parfois le socle des statuettes mais on les retrouve surtout pour souligner certains détails anatomiques, les yeux et les lèvres notamment. La nature exacte des matériaux d'incrustation et des patines a pu être déterminée grâce aux équipements de pointe du C2RMF.

L’expertise du C2RMF dans le domaine des processus d’altération des métaux archéologiques a également permis d’identifier les prérequis nécessaires à une présentation des bronzes dans des conditions de conservation appropriées. C’est pourquoi, les pièces seront déplacées et trouveront une place de choix dans le parcours permanent à travers une scénographie renouvelée.

Pour les informations pratiques concernant l'exposition, voir ici.