Terres cuites et stucs polychromes de la Renaissance italienne

Plusieurs programmes de recherches ont été menés depuis plusieurs années en collaboration étroite avec le département des Sculptures du Musée du Louvre, d'abord sour la co-direction de Jean-René Gaborit puis sous celle de Marc Bormand du département des sculptures du musée du Louvre. Le premier projet était centré sur les terres cuites glaçurées de la bottega des Della Robbia, le second s’est élargi aux sculptures polychromées en terre cuite de la Renaissance italienne. À chaque fois, des journées d’étude internationales et une publication de synthèse ont clôturé plusieurs années de recherches et de découvertes et ont conduit à déterminer de nouvelles orientations.

Pour les cinq années 2014-2019, le projet élaboré se focalise sur les productions sérielles d’œuvres en stuc polychromé de la Renaissance italienne : il s’agit d'abord de caractériser finement le matériau constitutif et d'en comprendre la mise en oeuvre. On cherche à déterminer la place des particularités régionales sur les choix matières premières et des "recettes" à partir d’un modèle et de ses multiples moulages, le rôle des commanditaires dans les options techniques et esthétiques retenues et l’évolution du goût au long des XVe-XVIe siècles.

 

Illustrations Terres Cuites :

vierge_terrecuite.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© C2RMF / Anne Chauvet
Ci-dessus: La Vierge de Moulin-sur-Allier, attribué à Andrea Della Robia, avant traitement.

vierge_prelevement.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© C2RMF / Laurence Labbe
Ci-dessus: Exemple de prélèvement effectué sur la Vierge de Moulins-sur-Allier

 

Illustrations Stucs :

campana_19.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Musée du Louvre / Marc Bormand
Ci-dessus: Adréa del Verrochio – La Vierge et l’Enfant avec Saint-Jean-Baptiste et deux anges

imageriestuc.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© C2RMF / 1) Amra Aksamija 2) Patrice Lehuédé

 

 

Le projet se décline en quatre axes principaux :

1) Caractérisation fine des constituants du support et des décors. Si le travail a déjà été en partie réalisé pour la terre cuite, il est à compléter pour la polychromie et à initier pour les stucs. Pour ce dernier matériau, il conviendra de mettre au point les protocoles nouveaux pour caractériser à la fois les phases minérales et les phases organiques.

2) Détermination des techniques de mise en œuvre de la matière, modelage, moulage, façonnage, élaboration des œuvres complexes ; cette phase des recherches implique l’utilisation intensive des prises de vues 3D et de la tomographie.

3) Authentification et datation.

4) Un axe transversal : conception d’une base de données générale permettant le classement, la diffusion et la mise à disposition de ces résultats pour l’ensemble des partenaires.

Pour en savoir plus, consulter le sommaire de la revue Techné n°36 : "Terres cuites de la Renaissance, matière et couleur".

 

Il est important de noter que la partie du projet dédiée aux stucs a bénéficié du soutien important du labex Patrima (une thèse et un post-doctorat).

 

Pilote général du projet : Marc Bormand, Musée du Louvre (département des sculptures)

Pilotes C2RMF du projet : Anne Bouquillon, Anne-Solenn le Hô

Pilote LRMH du projet : Lise Leroux

Partenaires extérieurs : ENSCP Chimie Paristech, Saint-Gobain recherche, LRMH

Partenaires C2RMF : Clotilde Boust, Elsa Lambert, Elisabeth Ravaud, Claire Pacheco, Laurent Pichon, Brice Moignard, Quentin Lemasson, Patrice Lehuédé, Christel Doublet, Yannick Vandenberghe, Nathalie Pingaud, Witold Nowik et Amra Aksamija

Emailler le verre à la Renaissance
Exposition du 13 octobre 2021 au 14 février 2022
colloque
En ligne : Le Centre de recherche et de restauration des musées de France, 20 ans déjà !

Colloque scientifique international à la Cité de l’architecture et du patrimoine